Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

La santé mentale de jeunes étudiantes franco-ontariennes d’une université bilingue en Ontario : Les effets de la double minorisation et du bilinguisme instrumental sur les études et l’entrée en carrière

Rédigé par :: [lundi 6 août 2018 12:01] Denière mise à jour par Kaitie Babin :: [vendredi 21 août 2020 12:04]
Average rating
Année : 2018 Auteur(s) et collaborateur(s) Benoit, Monique; Bell, Janine; Lavoie, Anne Marise; Thème Communautés de langue officielle
Éducation
Francophones hors Québec
Minorités culturelles
Minorités linguistiques
Ontario
Santé et mieux-être
Sociolinguistique
Volume et numéro : , 9 Revue : , Minorités linguistiques et société - Linguistic Minorities and Society Collection : , Santé mentale des jeunes des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) au Canada: l'état des lieux Ville : , Moncton Maison d'édition : , Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques Pages : , 207-226 Résumé Une recherche qualitative menée auprès de jeunes étudiantes francophones du nord de l’Ontario a permis de déceler des situations de détresse psychologique amplifiée par la difficulté de faire face à l’usage de la langue française au sein d’une université à vocation bilingue. Est-ce le fait d’une insécurité linguistique et/ou culturelle ? Les étudiantes rencontrées ont montré que la force d’assimilation au bilinguisme s’inscrit dans une double minorisation à la fois linguistique, où la langue québécoise est employée comme une langue standard, et culturelle où les valeurs anglomajoritaires représentent la seule norme culturelle. Cette réalité provoquée par l’isolement tant linguistique que culturel des étudiantes agirait sur la santé mentale et le rendement universitaire de ces jeunes.