Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

De l'ACFO à l'AFO. Le projet politique multiculturrel et le ministère du patrimoine canadien comme facteurs d'influence dans la refonte de l'Association canadienne-française de l'Ontario

Rédigé par :: [jeudi 10 juin 2021 13:56] Denière mise à jour par Pascale Rioux :: [mardi 20 juillet 2021 13:58]
Average rating
Année : 2021 Auteur(s) et collaborateur(s) Boily, Anne; Thème Francophones
Francophones hors Québec
Ontario
Science politique
Volume et numéro : , 61-2,3 Revue : , Recherches sociographiques Maison d'édition : , La francophonie canadienne Pages : , 465-485 DOI : https://doi.org/10.7202/1077920ar Résumé Cet article propose le récit de la transformation institutionnelle de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) entre les années 1970 et le milieu des années 2000. L’ACFO rejette d’abord le multiculturalisme comme étant concurrent au projet politique biculturel. Mais sa position change graduellement, jusqu’à voir le bilinguisme canadien comme complémentaire au projet politique multiculturel. L’ACFO est ensuite confrontée à la question de sa légitimité comme organisme représentatif de la francophonie ontarienne dès le milieu des années 1990. L’impératif de sa restructuration, donné par le ministère du Patrimoine canadien, débouchera en 2006 sur la fusion entre la structure de financement du ministère et de l’ancienne ACFO, qui deviendra alors l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO). Ces transformations du monde associatif franco-ontarien se déroulent sur la toile de fond des référendums pour la souveraineté québécoise et du rapatriement de la constitution canadienne en 1982.