Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Un mal intolérable : Revendiquer des services en santé mentale pour la jeunesse franco-ontarienne avant la crise de l'Hôpital Montfort

Rédigé par :: [vendredi 24 août 2018 13:17] Denière mise à jour par Étudiant :: [lundi 27 août 2018 16:04]
Average rating
Click to subscribe
Année : 2018 Auteur(s) et collaborateur(s)
  • ; Arsenault, Mathieu
  • ; Martel, Marcel
  • Thèmes de recherche Accessibilité des services
    Francophones hors Québec
    Langue de services
    Ontario
    Santé et mieux-être
    Servicesgouvernementaux
    Volume et numéro : , 9 Revue : , Minorités linguistiques et société Collection : , Santé mentale des jeunes des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) au Canada : l'état des lieux Ville : , Moncton Maison d'édition : , Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques Pages : , 55-73 Résumé Dans les années 1970, la question de l’accès aux soins de santé mentale en français pour la minorité francophone émerge dans l’espace ontarien, notamment grâce aux pressions de l’ACFO et au rapport Dubois sur les services de santé en français. Dès lors, la question des soins de santé mentale pour la jeunesse constitue un aspect crucial de la bataille pour l’accès à des soins de santé en français. Symbole par excellence du sujet minoritaire, le jeune Franco-Ontarien s’impose comme catalyseur du discours de la classe politique, des groupes d’intérêts et des parents qui écrivent au ministre provincial de la Santé pour revendiquer des services de santé mentale en français et pour réclamer la mise en place d’une politique-cadre en matière de santé.