Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Do you speak English? Traitement sociopolitique de l’accessibilité aux services en santé mentale pour les anglophones du Québec

Rédigé par :: [mercredi 1 août 2018 11:44] Denière mise à jour par Kaitie Babin :: [vendredi 21 août 2020 12:03]
Average rating
Année : 2018 Auteur(s) et collaborateur(s) Kirouac, Laurie; Perreault, Isabelle; Thème Anglophones au Québec
Langue de services
Langues officielles
Minorités linguistiques
Québec
Santé et mieux-être
Servicesgouvernementaux
Volume et numéro : , 9 Revue : , Minorités linguistiques et société - Linguistic Minorities and Society Collection : , Santé mentale des jeunes des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) au Canada : l'état des lieux Ville : , Moncton Maison d'édition : , Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques Pages : , 36-54 Résumé À la fin des années 1970, le Québec se dote de la Charte de la langue française (Loi 101), qui modifie l’encadrement de la question de la langue de prestation des services de santé et de services sociaux. Parallèlement, de nombreux rapports, comités d’étude et politiques modifient en profondeur les pratiques institutionnelles et communautaires à l’endroit des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale. Depuis ce contexte de grandes transformations, où certaines réponses politiques ont été apportées aux préoccupations linguistiques, qu’en est-il de l’accès aux soins de santé mentale pour les anglophones du Québec ? Nous proposons de retracer dans ses grandes lignes l’évolution du traitement sociopolitique qui a été fait de la question de l’accessibilité des services en santé mentale pour les personnes anglophones en accordant une attention particulière à la situation montréalaise.