Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

« La gouvernance des communautés francophones en situation minoritaire et le partenariat avec l'État »

Rédigé par :: [mercredi 15 décembre 2010 16:33] Denière mise à jour par Louis-Patrick St-Pierre :: [mardi 7 juillet 2015 14:08]
Average rating
Click to subscribe
Année : 2010 Auteur(s) et collaborateur(s)
  • ; Forgues, Éric
  • Thèmes de recherche Communautés de langue officielle
    Gouvernance - Leadership
    Minorités linguistiques
    Volume et numéro : , 29 (1) Revue : , Politique et Sociétés Pages : , 71-90 Résumé
    Nous abordons ici des enjeux que pose le partenariat entre les organismes communautaires francophones en situation minoritaire (CFSM) et l’État fédéral canadien. S’il semble répondre aux aspirations des communautés concernant la prise en charge de leur développement, en favorisant notamment une démarche fondée sur le principe de la gouvernance partagée, ce partenariat comporte malgré tout des exigences administratives qui paraissent tempérer l’autonomie et la libre gouvernance des CFSM. La participation des organismes francophones à l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques publiques s’accompagne d’une bureaucratisation de leurs activités communautaires et d’une réévaluation de leurs structures de représentation. Tenus de représenter plus formellement l’intérêt général de la communauté et de collaborer directement avec l’État pour lui permettre d’atteindre ses objectifs, ils sont poussés à une action qui se heurte, constate-t-on, à de nouveaux impératifs de légitimité. Ces derniers ont pour effet de remettre en question l’arrangement corporatiste qui s’est établi entre eux et l’État. C’est cet enjeu de légitimité qui pèse sur le nouveau mode de gouvernance des CFSM que nous avons voulu porter au jour dans notre recherche, dont nous présentons quelques éléments dans le présent article.