Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

« Autonomie culturelle, cultures sociétales et vitalité des communautés de langue officielle en situation minoritaire au Canada »

Rédigé par :: [samedi 15 décembre 2012 16:31] Denière mise à jour par Louis-Patrick St-Pierre :: [mercredi 15 juillet 2015 11:18]
Average rating
Click to subscribe
Année : 2012 Auteur(s) et collaborateur(s)
  • ; Landry, Rodrigue
  • Thèmes de recherche Autonomie culturelle
    Droit
    Francophones hors Québec
    Minorités linguistiques
    Vitalité
    Volume et numéro : , 1 Revue : , Minorités linguistiques et société / Linguistic Minorities and Society Pages : , 159-179 Résumé
    Partant d'un modèle macroscopique des facteurs associés à la vitalité d'une minorité linguistique en situation intergroupe, cet article présente cinq principes expliquant comment les structures sociales s'imposent sur les vécus langagiers des membres de la minorité. Ce même modèle montre comment tant les individus que la collectivité peuvent exercer leur autonomie langagière pour contrer ce déterminisme social. Le modèle de l'autonomie culturelle est explicité et appliqué aux communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) dans le but de faire valoir leur besoin d'autonomie institutionnelle pour assurer leur vitalité au Canada. La reconnaissance du droit à l'autonomie culturelle pourrait être un mode de légitimation des droits propres à ces communautés. Les CLOSM sont décrites comme des prolongements des deux cultures sociétales qui constituent le fondement de la dualité linguistique canadienne.