Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 

« Protéger et pacifier : la politique officielle de bilinguisme canadien face aux risques de transferts linguistiques »

Written by Louis-Patrick St-Pierre :: [Friday, 09 November 2012 14:50] Last updated by Josée Guignard Noel :: [Monday, 23 November 2015 11:27]
Average rating
Click to subscribe
Year: 2012 Authors and Collaborators
  • ; Traisnel, Christophe
  • Research Themes Canada
    Identity
    Linguistic minorities
    Language Policy
    Volume and number: , 45-46 Journal: , Revue internationale d'études canadiennes Pages : , 69-89 Abstract La stabilité de la démocratie ne dépend-elle pas de l'adaptabilité du régime et de l'aptitude des sociétés démocratiques à répondre à certaines aspirations linguistiques visant à distinguer, sans pour autant tomber dans l'écueil de la division? C'est là un des défis qui se posent aux sociétés pluralistes en général, et plurilingues en particulier. Dans cet article, nous montrons que le contexte politique canadien, plus que de reconnaitre les différences culturelles données au sein d'une société canadienne présentée comme multiculturelle, rend possibles l'invention de distinctions et l'aménagement d'une forme de protection linguistique, grâce à la politique officielle du bilinguisme, entre autres. Cependant, une telle politique de protection s'accompagne d'une contrepartie: en même temps qu'elle permet et rend possible, la législation sur les langues officielles encadre et contraint non seulement l'action politique des principaux leaders communautaires, mais également leurs réflexions identitaires. L'article part d'un premier constat: à cause des peurs du risque d'assimilation linguistique et des conflits politiques qui en ont résulté, une politique de bilinguisme officiel a progressivement vu le jour, cherchant tout à la fois à rassurer les gens, à limiter le risque et à garantir au Canada une forme satisfaisante de "paix linguistique". Sur ces prémices, nous voyons ensuite que ce contexte de bilinguisme officiel a marqué les réflexions autour de la notion de francophonie et d'aspects politiques de la francophonie au Canada. Enfin, nous cherchons à déterminer si le travail de reconnaissance, de revendication et de représentation entrepris par les principaux acteurs de ces réflexions identitaires ne constitue pas la voie d'accès à un régime différencié de citoyenneté pour les francophones en situation minoritaire au Canada.