Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

L’influence de l’identité linguistique et de l’âge sur la représentation sociale des services de santé mentale chez les personnes dites dépressives

Rédigé par :: [lundi 6 août 2018 15:53] Denière mise à jour par Kaitie Babin :: [vendredi 21 août 2020 12:04]
Average rating
Année : 2018 Auteur(s) et collaborateur(s) Lévesque, Maude; Negura, Lilian; Moreau, Nicolas; Laflamme-Lagoke, Mobolaji; Thème Francophones
Francophones hors Québec
Langue de services
Minorités linguistiques
Santé et mieux-être
Sociologie
Volume et numéro : , 9 Revue : , Minorités linguistiques et société Collection : , Santé mentale des jeunes des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) au Canada: l'état des lieux Ville : , Moncton Maison d'édition : , Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques Pages : , 118-142 Résumé Cet article étudie la représentation sociale des services de santé mentale chez les personnes dites dépressives en contexte francophone minoritaire au Canada. Des entrevues semi-dirigées ont été réalisées auprès de 44 personnes s’identifiant comme francophones et anglophones. Ces dernières proviennent de Moncton, Ottawa, Sudbury et Winnipeg et ont fait l’expérience d’un épisode dépressif. L’analyse lexicographique complétée par l’analyse intégrée de contenu a fait ressortir trois grands schèmes sociocognitifs de la représentation sociale des services, qui agissent sur l’acceptabilité sociale des services de santé mentale chez les personnes francophones vivant en situation minoritaire : 1) la nature impersonnelle des compétences expertes des professionnels de la santé, 2) la facette médicale de l’identité dépressive et 3) la perte perçue du contrôle dans le contexte de soins. L’acceptabilité sociale des services de santé mentale est discutée également en fonction de la configuration de la représentation sociale des services selon l’âge.