Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Migrations et « nouvelles mobilités » : regards d’élèves et d’enseignants dans une école de langue française en Ontario (Canada)

Rédigé par :: [lundi 1 août 2016 15:13] Denière mise à jour par Kaitie Babin :: [vendredi 21 août 2020 12:04]
Average rating
Année : 2016 Auteur(s) et collaborateur(s) Farmer, Diane; Thème Bilinguisme
Communautés de langue officielle
Démographie
Éducation
Francophones hors Québec
Immigration
Jeunes
Migrations
Milieu scolaire
Minorités linguistiques
Petite enfance
Volume et numéro : , 6(1) Revue : , Alterstice Collection : , Prendre en compte la diversité à l'école Ville : , Toronto Maison d'édition : , Diane Farmer Pages : , 105-119 Résumé L’attention portée à la mobilité géographique – déplacements quotidiens, tourisme, migration, immigration, mouvements transnationaux, les configurations sont nombreuses – permet d’ouvrir de nouveaux chantiers en ce qui a trait à la construction de sens dans les relations à l’altérité. L’école est sans équivoque l'un des principaux lieux où se manifestent les pratiques plus mobiles des familles. Comment les élèves et les enseignants d’une école caractérisée par des mouvements rapides de population donnent-ils sens à leur parcours migratoire, en lien avec celui des autres acteurs de l’école, et dans l’esprit de vivre dans un monde en commun? Comment l’école s’adapte-t-elle au renouvellement continu des familles? Cet article présente la réflexion d’élèves, d’enseignants et de la direction d’une école de langue française de quartier populaire en Ontario. Il met en lien les représentations d’acteurs à partir de récits et entrevues dans le cadre des multiples mouvements migratoires caractéristiques du monde d’aujourd’hui. L’analyse vise à remettre en question le travail de classification entre locaux et migrants, en cherchant à mettre en valeur le travail de co-construction d’un univers de sens réalisé par les enfants et les adultes d’une école primaire.