Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

The Combined Effect of Ethnic Identity Strength and Profiles on the Mental Health of Acadian University Students: A Portrait of New Brunswick’s Regions

Rédigé par :: [mercredi 22 août 2018 11:06] Denière mise à jour par Étudiant :: [mercredi 22 août 2018 11:08]
Average rating
Click to subscribe
Année : 2018 Auteur(s) et collaborateur(s)
  • ; Dupuis, Jérémie B.
  • ; Beaton, Ann
  • Thèmes de recherche Acadie
    Diversité ethnique
    Éducation
    Francophones hors Québec
    Identité
    Identité culturelle
    Jeunes
    Minorités culturelles
    Minorités linguistiques
    Nouveau-Brunswick
    Santé et mieux-être
    Volume et numéro : , 9 Revue : , Minorités linguistiques et société Collection : , Santé mentale des jeunes des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CLOSM) au Canada : l'état des lieux Ville : , Moncton Maison d'édition : , Institut canadien de recherche sur les minorités linguistiques Pages : , 143-167 Résumé Cette étude à deux parties vise à établir l’effet modérateur de la force de l’identité ethnique sur la relation entre les profils identitaires et la santé mentale des étudiants universitaires acadiens qui occupent un statut numérique minoritaire ou un statut numérique majoritaire au Nouveau-Brunswick. L’étude 1 tente d’établir la structure factorielle d’une mesure des profils identitaires chez les étudiants acadiens. Des analyses factorielles exploratoires et confirmatoires soutiennent un modèle factoriel à trois facteurs, notamment les profils identitaires Affirmation, Détachement et Insécurité. Les résultats d’une analyse de covariance à l’étude 2 révèlent que la combinaison d’une identité ethnique forte et du profil Affirmation protège la santé mentale des étudiants acadiens minoritaires, mais non celle de ceux qui sont majoritaires. À l’opposé, les combinaisons d’une identité ethnique forte et des profils Détachement et Insécurité rendent les étudiants acadiens minoritaires vulnérables à des problèmes de santé mentale, mais non les étudiants acadiens majoritaires.